Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2017 7 19 /03 /mars /2017 19:06

Dans son édition du 8 octobre 2016, L'Est Républicain racontait le parcours peu banal d'un jeune Bisontin - Jérémy Peyron - qui ayant tout juste décroché son bac littéraire (spécialité cinéma) au lycée Pasteur en juin 2016 choisissait de faire un tour du monde plutôt que de rejoindre une école de commerce. Sa première destination a été la Corée du Sud : il s'est envolé pour Séoul le 12 septembre 2016, avant de poursuivre son périple en Asie - Japon, Taïwan - et en Amérique du Nord - au Canada. L'AAFC - Bourgogne-Franche-Comté vous invite à découvrir les vidéos postées sur Youtube par Jérémy Peyron, vidéaste amateur et magicien, qui donne une image rafraîchissante de la Corée... et du monde.

Jérémy Peyron : les tribulations d'un vidéaste bisontin en Corée (et dans le monde)

C'est un vlog (blog sur lequel sont postées des vidéos), qu'on peut découvrir sur la chaîne Youtube qu'a créée Jérémy Peyron à partir du compte Hohenheims; Huit vidéos consacrées à la Corée du Sud y ont été publiées entre septembre et octobre 2016, d'une durée de quatre à treize minutes, qui nous emmènent de Séoul au port de Busan.

Avec une mise en scène réussie, y compris par les ambiances sonores créées, ces vidéos donnent une envie de découvrir la Corée et de rencontrer un peuple attachant - la magie parvenant à permettre des rapprochements entre les personnes sans que les mots ne soient nécessaires.

L'AAFC - Bourgogne-Franche-Comté vous laisse découvrir le vloggeur Jérémy Peyron !

Lire également :

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Culture Société
commenter cet article
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 13:41

Dans son édition du 3 février 2017, L'Est Républicain a publié cette information insolite : un hôtel sud-coréen de standing de la chaîne Hanwha situé à Yongin, à 70 km de Séoul, porte le nom de... Besançon. Journaliste à L'Est Républicain, Aleth Arrias a aussi cherché à connaître les raisons de cet intérêt inattendu pour la ville de Besançon.

Un hôtel nommé Besançon à Yongin (Corée du Sud)

Aleth Arrias reconnaît tout d'abord qu'il a été difficile de joindre le service de communication de la chaîne Hanwha, propriétaire de l'hôtel, avant d'obtenir (en anglais) les informations suivantes :

Nous avons appris que Besançon est une ville entourée d’un château, localisée dans l’état de Franche-Comté dans l’Est de la France (...) Nous avons ensuite découvert que Besançon se tient dans un écrin de belle et sophistiquée nature, avec sa rivière qui enveloppe son centre-ville, des petites montagnes et les murs du château (NDLR : la Citadelle).

La réponse est intéressante, en cela qu'elle souligne, comme l'observe la journaliste de L'Est Républicain, les points communs géographiques entre Yongin et la cité franc-comtoise, toutes deux situées dans un écrin de verdure, avec des montagnes à proximité - alors que l'hôtel de Yongin vise à être un lieu de villégiature reposant pour toute la famille et comporte un golf et des terrains de sport. Au demeurant, ce n'est pas le seul hôtel de la chaîne Hanwha dont le nom est directement inspiré de celui d'une ville européenne, comme l'hôtel Annecy, construit au bord d'un lac. Au demeurant, la Corée et la France ont des points communs géographiques, étant situées aux mêmes latitudes, et ayant des climats et des végétations relativement proches - surtout en ce qui concerne l'est de la France, plus continental avec des étés plus chauds et des hivers plus froids, comme en Corée.

Mais si Annecy est une ville relativement connue pour sa situation géographique, pourquoi le choix particulier de Besançon, et pas Dole ou Dijon ? Le choix a -t-il été fait par Hanwha d'après une recherche de photos sur Internet ? Pour notre part, nous émettons une autre hypothèse : que Besançon, ville universitaire donnant notamment des cours de français langue étrangère, ait accueilli un futur employé coréen de Hanwha... mais le discret service de communication ne le dit pas, et ne le dira probablement jamais.

Source :

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Société
commenter cet article
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 12:29

Le 17 octobre 2016 a lieu la canonisation d'Elisabeth de la Trinité (née Elisabeth Catez en 1880), entrée au carmel de Flavignerot, près de Dijon, en 1901, et décédée le 9 novembre 1906. A cette occasion, dans son édition du 16 octobre 2016 le quotidien local Le Bien Public a consacré une série d'articles au carmel de Flavignerot où est évoquée... la Corée.

La Corée au carmel de Flavignerot

Les carmélites de Flavignerot s'intéressent aux affaires du monde : elles constituent une revue de presse internationale et ont eu une correspondance avec de nombreux pays. Et parmi ces pays figure la République de Corée (Corée du Sud) - un choix qui n'a rien de surprenant compte tenu de la proportion de chrétiens, notamment de catholiques au pays du Matin calme (8 %) - faisant de la Corée du Sud un des pays d'Asie de l'Est comptant la plus forte proportion de chrétiens, après les Philippines et le Timor Oriental.

Par ailleurs, le carmel de Flavignerot est abonné au quotidien La Croix - qui rend régulièrement compte de la Corée du Sud, y compris du combat des catholiques contre l'extension de la base navale américaine de Jeju - alors que le grand public ignore souvent tout des atteintes grandissantes aux droits de l'homme et aux libertés publiques dans le sud de la péninsule coréenne.

Source :

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Société
commenter cet article
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 12:36

Le 16 septembre 2016, l'explosion d'un immeuble situé au 15 de la rue Pierre-Palliot, à Dijon, a fait 20 blessés. Un habitant de l'immeuble âgé d'une cinquantaine d'années, prénommé Yves, a été mis en examen ce 6 octobre, alors qu'une tentative de suicide serait à l'origine de la déflagration, selon les enquêteurs. Parmi les victimes figure une Coréenne, Kim Hyejin, qui a témoigné dans les colonnes du quotidien local Le Bien Public.

Explosion de la rue Pierre-Palliot à Dijon : une Coréenne témoigne

Elle avait emmenagé au 15 rue Pierre-Palliot quelques semaines plus tôt, en août, et venait de commencer sa deuxième année à l'Ecole des Beaux-Arts de Dijon. La jeune femme, âgée de 28 ans, a témoigné devant la presse locale le visage tuméfié, ayant été blessée à l'oeil gauche.

Très fortement affectée, elle a été prise en charge par la ville de Dijon, ayant été relogée au Centre de rencontres internationales. Comme toujours en Corée en pareilles circonstances, la solidarité a joué - une de ses amies, Hanseul, 23 ans, étant venue la réconforter, à la veille d'un week-end où elles devaient célébrer ensemble la fête traditionnelle des moissons, Chuseok.

Un des éléments les plus choquants pour elle est que l'homme présumé être à l'origine des faits, lors d'une tentative de suicide, avait aidé Kim Hyejin ; elle le considère comme un ami et a vu son corps dans les décombres :


 

Des morceaux entiers du bâtiment voisin étaient tombés. Il y en avait partout… C’était effrayant. Et là, j’ai vu Yves [l’homme qui serait à l’origine de l’explosion], enseveli sous les gravats. Seules ses jambes dépassaient des décombres… (...) J’étais traumatisée de le voir comme ça : c’est mon ami, il s’est occupé de moi quand je suis arrivée ici. Il a toujours été souriant avec moi (...) Je voulais lui venir en aide mais il y avait trop de débris autour de lui…

L'AAFC - Bourgogne-Franche-Comté espère que Hyejin pourra reprendre une vie normale, grâce notamment à une solution de relogement pérenne et en réussissant son année d'études, alors qu'elle se retrouve à vivre malgré elle une expérience traumatisante.

Source :

 

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Société
commenter cet article
24 décembre 2015 4 24 /12 /décembre /2015 20:32

S'il n'y a pas de vaccination obligatoire en cas de voyage en République de Corée (Corée du Sud) et en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), un certain nombre de conseils médicaux - notamment en termes de vaccins - sont donnés par les médecins et les pharmaciens. Nous reproduisons ci-après ceux du site Pharmacie de Bourgogne (basé à Beaune).

Pour l'hépatite A, la Corée apparaît comme une zone d'endémie intermédiaire.

Pour l'hépatite A, la Corée apparaît comme une zone d'endémie intermédiaire.

Comme pour l'ensemble de l'Asie du Nord-Est, la vaccination contre l'hépatite A (et la typhoïde en cas de séjour prolongé) est conseillée pour les visiteurs en Corée. En cas de séjour prolongée en zone rurale, la vaccination contre la rage (du fait de morsures de chiens ou de singes) est également conseillée en Corée du Nord. Toujours pour des séjours prolongés en zone rurale, et particulièrement pendant la saison des pluies, elle l'est également pour les deux Corée s'agissant de l'encéphalite japonaise.

Par ailleurs, la diarrhée du voyageur et les parasitoses intestinales sont relativement fréquentes en Corée du Nord, et pas rares en Corée du Sud. Des cas de larva migrans cutanée étant fréquemment signalés en Corée du Sud, éviter de marcher pieds nus.

S'agissant enfin du paludisme, au nord de la Corée du Sud et au sud de la Corée du Nord il existe un risque très faible d’infection par Plasmodium vivax qui ne justifie pas la prise d’une chimioprophylaxie.

Plus d'informations sur le site Pharmacie de Bourgogne :

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Société
commenter cet article
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 23:03

Les soeurs de la Charité de Nevers constituent une congrégation de vie apostolique, fondée au XVIIe siècle par Jean-Baptiste Delaveyne. Implantées à Lourdes au début du XIXe siècle, elles ont accueilli Bernadette Soubirous. Elles ont mis en place des actions de solidarité avec les plus démunis sur les quatre continents - y compris en Corée du Sud.

Jean-Baptiste Delaveyne

Jean-Baptiste Delaveyne

En Corée, les Soeurs de la Charité de Nevers sont intervenues à Séoul. Selon leur site Internet,  "les sœurs sont diversement engagées : dans un centre inter-congrégation pour aider les couples de mariages mixtes (femmes immigrées souvent des Philippines mariées avec des Coréens)".

Ces actions, conformes à l'engagement social (et politique) de l'Eglise catholique en Corée (qui s'est opposée au régime militaire, et est aujourd'hui impliquée dans le combat contre les atteintes aux libertés politiques et syndicales), prennent en compte un aspect important de la société sud-coréenne : en raison notamment du ratio démographique déséquilibré entre les hommes et les femmes, de nombreux Coréens épousent des femmes originaires d'autres pays d'Asie de l'Est - dont les Philippines, pays le plus chrétien d'Asie (avec la Corée du Sud). Mais ces mariages mixtes posent des questions d'intégration, notamment économique, linguistique et culturelle, ainsi que de racisme dans une société longtemps très homogène ethniquement et qui trop souvent accepte encore mal les minorités.

Source principale :

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Société
commenter cet article
30 juin 2015 2 30 /06 /juin /2015 14:46

Le site expat-blog.com est consacré à l’expatriation, et à ce titre propose des pages sur les différents pays du monde. Parmi eux, la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) où plusieurs Bourguignons souhaitent aller vivre.

Ces Bourguignons qui aimeraient vivre en Corée du Nord

Un inscrit sur expat.blog est en ce moment à Dijon, et dit qu’il « aimerait vivre en Corée du Nord ». Laynaa aussi « aimerait vivre en Corée du Nord, elle est en ce moment à Sens ». Si deux hirondelles ne font pas le printemps, ils (et elles) sont plusieurs à exprimer le même souhait sur ce site… plus quelques-uns qui disent déjà vivre en RPD de Corée, ce qui est plus improbable – sauf à supposer que le site expat-blog.com a un taux de pénétration exceptionnellement élevé en Corée du Nord.

 

En fait, il existe bien une petite communauté d’expatriés français au Nord de la péninsule coréenne : diplomates, professeurs de français, travailleurs humanitaires… L’AAFC-Bourgogne peut aider à concrétiser un projet d’expatriation en Corée du Nord, en utilisant les filières existantes – à cet égard, le déplacement prochain d’étudiants en coréen de l’INALCO en RPDC permet d’envisager l’approfondissement des programmes d’échanges d’étudiants en matière universitaire.

 

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Société
commenter cet article
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 18:02

Dans son édition du dimanche 21 décembre 2014, le quotidien régional de Côte d'Or Le Bien Public a publié en partenariat avec Courrier international, sous le titre "Devine qui vient dîner ?", un article de Hankyoreh 21 qui relate le succès rencontré par le site Jipbab (en coréen : repas-maison), sur le thème des dîners à thème.

dessin-de-falco-cuba.jpg

Lorsqu'elle a créé Jipbab en mars 2013, Pak In, alors au chômage, voulait faire mieux que les "talk-concerts" où des célébrités viennent raconter leur vie : il s'agissait de renouveler le principe des dîners à thème en réunissant des inconnus autour d'un repas, sur la base d'un centre d'intérêt particulier qu'ils partagent dans la vie quotidienne : par exemple, le site met en relation les membres du groupe des gens attristés par la mort d'un animal domestique, de ceux qui veulent discuter du manque de considération pour les femmes qui fument en public ou encore qui partagent un intérêt pour la musique underground. Au total, 400 groupes sont ainsi créés chaque semaine dans une vingtaine de villes coréennes.

L'idée de Pak Jin est partie d'un constat : 
 "lorsque j’étais salariée, je déjeunais sur le pouce. J’avais l’impression de faire partie d’un élevage ! Je me suis demandé à quoi ressemblerait le bonheur et j’ai pensé aux repas qu’on préparait pour moi en famille. Par extension, il m’est venu à l’idée que le terme “jipbap” pourrait désigner un repas que vous prenez en compagnie des gens avec qui vous vous sentez bien".

Si des disputes apparaissent parfois au sein des dîners (l'idéal confucéen d'harmonie est un horizon inatteignable !), Pak Jin est convaincue de la fonction sociale que remplit Jipbab. Et de fait, dans une société sud-coréenne où les semaines de travail sont parmi les plus longues au monde et dans laquelle les obligations familiales et sociales s'avèrent particulièrement fortes, où l'on ne rencontre pas spontanément les personnes mais où l'on vous présente et où vous êtes présenté, ces moments d'évasion et de rencontres impromptues ont une valeur sociale inestimable.

Source (y compris illustration) : Le Bien Public, à l'adresse suivante
http://www.bienpublic.com/actualite/2014/12/21/devine-qui-vient-diner
 

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Société
commenter cet article
26 octobre 2014 7 26 /10 /octobre /2014 20:26

Installée depuis 1993 place des Cordeliers à Dijon, l'agence Voyage Conseil Bourgogne propose des circuits touristiques internationaux vers plusieurs destinations - dont la République de Corée (Corée du Sud). L'AAFC-Bourgogne décrypte cette offre.

    coree-gyeongju-temple-bulguksa-1

Qualifiée improprement par l'agence bourguignonne de "royaume du matin calme" (alors que le vrai nom est pays du matin calme, la monarchie ayant été abolie depuis près d'un siècle dans la péninsule coréenne !), la République de (Corée du Sud) est, comme le souligne l'agence dijonnaise, un pays encore méconnu malgré un très riche patrimoine et d'une étonnante modernité - en moins d'une génération, entre 1970 et 1995, la Corée du Sud est passé du niveau de vie de Cameroun à celui du Portugal, et sa croissance économique se poursuit à un rythme soutenu.

Pour un forfait tout compris (transport, hébergement, repas) à partir de 2 890 euros TTC au départ de Paris, le séjour sur place, sur une durée de neuf jours, permet de parcourir l'ensemble du pays. Il s'agit d'une prestation plutôt haut de gamme, avec les services d'un guide francophone, alors qu'il est possible de visiter le pays en dehors de tout voyage organisé à des tarifs inférieurs dans des hôtels bon marché. L'intérêt est de bénéficier d'un circuit dense en visites, qui offre un aperçu assez complet de la moitié Sud de la péninsule : même la visite de la zone démilitarisée entre les deux Corée est incluse, bien que l'on puisse néanmoins regretter l'absence de passage dans l'île de Jeju (qui aurait toutefois rallongé la durée du séjour et renchéri son coût).

L'AAFC-Bourgogne est à la disposition de Voyage Conseil Bourgogne si l'agence souhaite compléter son offre vers la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) ou la province coréenne autonomie de Yanbian, en Chine.

Source : site de l'agence, à l'adresse suivante
http://www.voyageconseilbourgogne.fr/Asie/Coree_du_Sud/Tout_le_pays/Circuits/Le-Royaume-du-Matin-calme-Coree-TMAT1K.html
 

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Société
commenter cet article
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 19:20

Voyages (par avion) en Corée du Sud au départ de Dijon : la publicité est alléchante, bien référencée sur les moteurs de recherche sur Internet, mais elle est mensongère : il n'existe pas de vols directs entre Dijon et la Corée du Sud. Pourtant, la Corée - ou plutôt, les deux Etats coréens - ne sont pas inaccessibles depuis la région Bourgogne. Quelques conseils pratiques.

Le trajet plus simple, et qui vient le plus rapidement à l'esprit, est faire le trajet en train (ou en voiture) entre la Bourgogne et Paris, puis de prendre un vol pour la péninsule coréenne. En effet, Dijon - pour ne citer que cette ville - n'est qu'à 1h40 de TGV de Paris et les vols directs Paris-Séoul permettent d'envisager de rejoindre la Corée sous 24 heures (en tenant toutefois compte du décalage horaire entre les deux capitales : + 8 heures en hiver et  + 7 heures en été). Pour la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord), il n'existe pas à ce jour de vols directs depuis la France, et il faut déjà faire escale à Pékin (ou à Vladivostok, mais les billets sont sensiblement plus chers) avant de gagner Pyongyang.

Ces trajets, pour être les plus directs, ne sont toutefois pas les seuls possibles. D'autres grands aéroports européens sont reliés à l'Extrême-Orient, comme Berlin, ou Lyon - pour rester en France. Enfin, les compagnies les moins chères partent enfin souvent d'autres aéroports - comme Compiègne, qui peut être rejoint depuis Paris.

Il reste, enfin, les voyages en train et en bateau. Le Transsibérien peut être un moyen exotique de rejoindre la RPD de Corée, voire la Corée du Sud à condition de faire une partie du trajet en ferry - en l'absence aujourd'hui de vol direct entre les deux Corée, comme nous l'avions souligné à l'occasion d'une présentation à Dijon du film "Where are you going ?" de Fabien Adam.

Dans tous les cas, l'équipe de l'AAFC-Bourgogne se tient à votre disposition pour des informations et des conseils.

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Société
commenter cet article

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Comité Bourgogne-Franche-Comté
  • Contact

Traduction automatique

French to Albanian  French to Arabic  French to Bulgarian  French to Chinese (Simplified)  French to Croatian  French to Czech  French to Danish

French to Dutch  French to English  French to Estonian  French to Finnish  French to German  French to Greek  French to Hebrew

French to Hindi  French to Hungarian  French to Indonesian  French to Italian  French to Japanese   French to Latvian  French to Lithuanian

French to Norwegian  French to Polish  French to Portuguese  French to Romanian  French to Russian  French to Serbian  French to Slovak

French to Slovene  French to Spanish  French to Swedish  French to Thai  French to Turkish  French to Ukrainian  French to Vietnamese

Attention !
Une traduction automatique
peut contenir des erreurs...

Recherche

Visiteurs

outils webmaster
Locations of visitors to this page