Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 juillet 2017 2 04 /07 /juillet /2017 23:08

Si les restaurants coréens ne sont pas nombreux dans la région Bourgogne-Franche-Comté, Mulhouse a la chance de compter un restaurant coréen, par ailleurs fort bien noté : le "Jalmgoyo" (en coréen : "Je mange bien"), situé 41 rue de la Sinne (68100 Mulhouse - téléphone 03 89 45 55 88), ouvert du lundi au samedi de 12h à 14h à 19h à 22h.

Le Jalmogoyo, un restaurant coréen à Mulhouse

Si vous voulez avoir des renseignements sur le restaurant Jalmogoyo il vous faudra ne pas vous contenter de la seule page Internet dont dispose le site à son nom sur Internet (du moins, à la date de rédaction du présent article), mais naviguer sur différents sites Internet : JDS, Tripadvisor, Groupon, et surtout aller sur sa page Facebook qui montre un restaurant de belle facture, à la nourriture agréablement présentée où les vins ont toute leur place, proposant une gamme variée de menus coréens avec un accent mis sur les viandes (viandes marinées, barbecues) mais aussi les fruits de mer, préparés dans la tradition culinaire coréenne.

Le restaurant a été inauguré le 22 mars 2017, avec le soutien de la mairie de Mulhouse et du consulat de Chine, et en choisissant une gamme de qualité pourrait devenir un restaurant coréen de référence dans l'hexagone. En vous invitant à le découvrir, nous souhaitons plein succès à ce nouvel établissement.

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Cuisine coréenne
commenter cet article
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 15:43

Jusqu'à un incendie accidentel, "Le Restaurant coréen" - qui était situé rue de Longivc - a été, pendant une courte période, le seul restaurant coréen à Dijon. Cette absence de restaurant coréen à Dijon est désormais comblée depuis l'ouverture, au 18 rue Berbisey, d'une épicerie coréenne qui fait également restaurant - et où plusieurs membres du bureau de l'AAFC-Bourgogne-Franche-Comté ont dîné le 16 juillet 2016, à l'issue de l'assemblée générale du comité régional.

Les biscuits coréens font partie des nombreux produits proposés par l'épicerie coréenne de la rue Berbisey

Les biscuits coréens font partie des nombreux produits proposés par l'épicerie coréenne de la rue Berbisey

Lorsque nous entrons dans la petite boutique de l'épicerie coréenne, nous sommes accueillis par sa gérante Janne Lee et découvrons une alléchante carte des menus, dans laquelle nous choisissons un succulent plat typiquement coréen - le kimchi jjigae - proposé en plat du jour. 

Jusqu'à l'ouverture de l'épicerie coréenne de la rue Berbisey il y a un peu plus de six mois, il était presque impossible de trouver des produits coréens à Dijon. Or l'épicerie coréenne propose non seulement des produits du pays du Matin (frais et) calme, mais aussi une variété de plats à déguster sur place ou à emporter - une douzaine de places assises dans un cadre à la fois épuré et chaleureux faisant du lieu une petite Corée en plein coeur de Dijon. En revanche, pas de boissons alcoolisées.

Le rapport qualité-prix (de 7 à 9 euros pour un plat) est imbattable, avec vue sur les fourneaux (pour ceux qui douteraient de la qualité des produits !) : au choix, boeuf mariné (bulgogi), mélnage de riz, de viande et de légumes (bibimbap), gâteau de riz (ttok), et bien sûr le kimchi, plat emblématique de la Corée, à base de chou fermenté dans de la sauce de saumure... A vos assiettes !

Lire aussi :

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Cuisine coréenne
commenter cet article
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 13:50

En février 1981, François Mitterrand, alors candidat à la présidence de la République, avait visité la République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord). La RPD de Corée figure ainsi parmi les - nombreux - pays ayant offert des cadeaux à l'ancien chef de l'Etat, dont beaucoup de pièces sont exposées au Musée du Septennat, à Château-Chinon, inauguré en 1986 dans la ville dont François Mitterrand a été maire de 1959 à 1981.  

Parmi les cadeaux offerts par les Nord-Coréens figure ainsi un chauffe-plat en métal argenté, exposé - ironie du sort ou malice d'un conservateur du Musée ? - à côté de couverts anciens en argent, dédicacés, offerts par un Américain, le Gouverneur de Rhode Island G.Joseph Garrahy. Nous n'avons malheureusement qu'une photo partielle du chauffe-plat, illustré ci-dessous.

Si l'on ne trouve pas sur Internet d'inventaire complet des collections du Musée du Septennat, le comité régional Bourgogne de l'Association d'amitié franco-coréenne est intéressé par toute autre information sur les pièces nord-coréennes conservées par le Musée.

 

Un chauffe-plat en métal argenté nord-coréen au Musée du Septennat à Château-Chinon

Source :

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Culture Cuisine coréenne
commenter cet article
24 janvier 2016 7 24 /01 /janvier /2016 20:18

C'est, à notre connaissance, le premier restaurant exclusivement coréen en Saône-et-Loire - le "Badiane Song" proposant pour sa part des spécialités de plusieurs pays asiatiques : le restaurant de barbecue - dites "BBQ" - coréen a ouvert ses portes cet automne 2015, dans la zone des Bouchardes, à Chaintré, dans le Mâconnais.

Un nouveau restaurant coréen à Chaintré en Saône-et-Loire

La nouvelle aurait pu passer inaperçue dans les médias si elle n'avait donné lieu à un court article dans Le Journal de Saône-et-Loire : le département 71 compte - enfin - un restaurant exclusivement coréen, avec l'ouverture du BBQ coréen à Chaintré, à l'automne dernier.

Les viandes grillées - boeuf mariné (bulgogi), mais aussi porc, poulet...  - comptent parmi les spécialités les plus appréciées de la cuisine coréenne en Europe. Mais nous invitons toutes celles et tous ceux qui veulent découvrir les plats du pays du Matin calme, aux saveurs relevées, à se tourner aussi vers le kimchi, choux fermenté dans de la sauce de soja, particulièrement piquant, devenu le symbole culinaire de la Corée, ou encore le bibimbap, mélange de riz, de viande et de légumes. Bon appétit au BBQ coréen de Chaintré !

Source :

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Cuisine coréenne
commenter cet article
15 octobre 2015 4 15 /10 /octobre /2015 23:47

A l'initiative de l’association G3C pour la promotion de la culture et de l’art culinaire coréens dans le monde, une nouvelle et mémorable soirée a été organisée dans le cadre prestigieux du clos de Vougeot, le mercredi 14 octobre 2015, pour faire découvrir la cuisine et la musique traditionnelle de Corée.

Didier Martin, adjoint au maire de Dijon. D'autres personnalités politiques étaient présentes, dont le sénateur de la Côte d'Or François Patriat.

Didier Martin, adjoint au maire de Dijon. D'autres personnalités politiques étaient présentes, dont le sénateur de la Côte d'Or François Patriat.

L'idée de croiser les cultures française et coréenne, que met en oeuvre l'association G3C depuis maintenant cinq ans, doit beaucoup à l'entregent de sa présidente, Mme Han Sang-in, qui appartient à une famille de grands commerçants coréens et a étudié la littérature française, en Corée puis en France. L'événement du 14 octobre 2015 a revêtu une signification particulière, dans le cadre des années croisées France-Corée (du Sud) à l'occasion du 130e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la France et la Corée en 1886, comme l'a observé Mme Han Sang-in :

J’espère que cet évènement pourra servir à mondialiser la gastronomie coréenne à l’approche des 130 ans de relations diplomatiques entre la France et la Corée.

De fait, l'excellence de la cuisine coréenne a été mise en valeur par des vins de Bourgogne de grande qualité, alors que plusieurs chefs coréens du groupe agro-alimentaire CJ ont fait découvrir les spécialités coréennes : galbi (bœuf mariné dans une sauce de soja), bibimbap (mélange de riz et de légumes) et bien sûr le kimchi, choux fermenté dans de la sauce de saumure, qui avec son goût pimenté est devenu un symbole de la cuisine du pays du Matin Calme.

La culture coréenne était également abordée par un concert de musique traditionnelle coréenne (gugak), un spectacle de samulnori de la troupe du professeur Kim Dong-won de l’université Wonkwang et un concert de daegeum (flûte coréenne) interprété par Lee In-bo.

Cuisine et musique traditionnelle coréennes au menu du Clos de Vougeot

Source :

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Culture Cuisine coréenne
commenter cet article
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 11:19

L'enseigne Sushishop, présente dans 35 villes françaises, a ouvert ses portes à Dijon au début du printemps 2015, 25 rue Bossuet, au centre historique de la capitale bourguignonne. Sushishop s'est tourné vers l'AAFC-Bourgogne pour recruter des employés connaissant la cuisine asiatique, notamment coréens, sur Dijon : les personnes intéressées peuvent nous contacter (aafc.bourgogne@gmail.com, ou par téléphone 06 87 24 93 00) : nous ferons suivre leurs candidatures.

Sushishop Dijon recrute !

Doit-on parler de cuisine japonaise ou asiatique ? Le doute est permis, dans la mesure où certains plats présentés comme japonais - tels que les rouleaux d'algue farcis ou maki - dans les restaurants d'Occident peuvent être préparés... à la coréenne, comme des gimbap. La cuisine japonaise est toutefois moins épicée que la cuisine coréenne, et propose davantage de plats crus.


La nouvelle enseigne Sushishop qui a ouvert ses portes à Dijon propose une restauration asiatique rapide, sur place ou à emporter (livraison gratuite, possible commande en différé), sept jours sur sept, suivant de larges plages horaires (11h-14h30 et 18h-22h30). A découvrir.

Site Internet :

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Cuisine coréenne Economie
commenter cet article
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 23:39

bbq-coreen new-colonial dijonDans notre édition du 5 août 2008, nous évoquions la possibilité de manger coréen au "New Colonial", 4 place Barbe, à Dijon (tél : 03.80.58.04.98)... avec des frites en accompagnement ! Quelque cinq années plus tard, la formule du barbecue ("BBQ" pour les intimes) coréen a manifestement séduit les internautes ayant laissé une appréciation sur TripAdvisor. Avis donc aux amateurs !

Le principe du buffet à volonté, autour du plat coréen le plus populaire en Occident (le barbecue à base de viande grillée - boeuf, poulet ou poitrine de porc - avec des légumes en accompagnement), est toujours la garantie d'un franc succès dans notre pays.

C'est visiblement ce qui a séduit ceux qui ont choisi ce plat au "New Colonial", à Dijon : des commentaires homogènes, globalement bons, voire très bons, mettant en avant le caractère convivial du restaurant, dans la tradition de la cuisine familiale, pour un prix de 17 euros (menu tout compris, y compris les peu orthodoxes frites - françaises ou belges ?).

Sur cette base, et dans l'attente des commentaires des lecteurs de ce blog, nous ne pouvons qu'inviter à découvrir le barbecue coréen que propose le "New Colonial", qui offre un cocktail de cuisines du monde.

Source : TripAdvisor (dont photo).

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Cuisine coréenne
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 18:45

A notre connaissance, il n'y a plus de restaurants exclusivement coréens en Bourgogne. Les amateurs de cuisine coréenne peuvent ainsi se touner vers des restaurants asiatiques proposant des plats coréens. Parmi eux, Hatori - dont le nom est japonais - propose une cuisine japonaise et coréenne à Beaune, qui mérite le détour.

Ouvert en 2010 et situé dans la ZAC Porte de Beaune Rue Buffon, le restaurant Hatori (contact : 03 80 24 51 65) est ainsi décrit sur le site Nautiljon :

"Situé à côté du bowling de Beaune, ce restaurant japonais propose des menus "imposés" variés (avec toujours une soupe, une salade et, souvent, du riz), mais également "à la carte".

Vous retrouverez donc des yakitori, sushi, sashimi et maki divers, mais également des plats variés et des desserts.

Il propose également une livraison".


Toujours selon le site Nautiljon, un commentaire flatteur à l'égard du restaurant Hatori - certes d'un client qui n'est pas habitué à la nourriture asiatique - et conforté par des commentaires très positifs sur le site Trip Advisor, tend à nous inciter à recommander un lieu où, toutefois, le caractère japonais de la cuisine domine (et d'ailleurs décrit exclusivement comme un restaurant japonais par Trip Advisor).

Source : Nautiljon.

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Cuisine coréenne
commenter cet article
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 22:03

Korean_pancake-Bindaetteok-04.jpgSi la culture coréenne est déjà connue pour son cinéma, ses arts martiaux ou encore sa culture pop, la cuisine n'en reste pas moins une valeur sûre, comme l'atteste le nombre grandissant de restaurants coréens à Paris et en France. Nous reproduisons ci-après une recette coréenne, celle des crêpes de légumes coréennes ou bindaetteok, telle qu'elle a été proposée par le quotidien régional Le Bien Public dans son édition du 19 juin 2013.
   

Préparation : 10 mn Cuisson : quelques minutes


Ingrédients (pour 4 à 5 personnes) :
300 g de lentilles mondées (lentilles Mungo disponibles en magasin Bio ou asiatiques), rincées 2 fois et trempées dans l’eau pendant une nuit ; 110 g d’eau froide ; 150 g de kimchi (chou fermenté Coréen que l’on trouve dans les magasins d’ingrédients asiatiques) ; 200 g de pousse de soja ; ½ oignon blanc haché ; ½ cuillerée à soupe d’ail haché ; sel fin ; huile végétale (optionnel) ; 40 g de fougères aigle (optionnel mais disponible en magasin de produits asiatiques).


Sauce : 3 cuillères à soupe de sauce soja, 3 cuillères à soupe de vinaigre de riz, 3 cuillères à soupe d’eau.


La petite Astuce
Ajouter des petits piments ou de la cébette ciselée dans la pâte à Bindaetteok.


Dans un blender ou une moulinette, mixer finement les lentilles avec l’eau.

 

Blanchir les pousses de soja 30 secondes dans de l’eau bouillante salée. Rafraîchir à l’eau froide.


Hacher le kimchi et mélanger avec l’oignon, l’ail et les pousses de soja blanchis (que vous pouvez couper en petits morceaux)


Mélanger les ¾ de la garniture avec la purée de lentilles.


Déposer un peu de mélange sur un crêpe party chaud et faire dorer de chaque côté comme une crêpe, ou alors cuire à la poêle avec un peu d’huile et faire dorer de chaque côté.


Servez chaud avec la vinaigrette et un peu de garniture sur le dessus.

Source :  
Le Bien Public 

 

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Cuisine coréenne
commenter cet article
9 décembre 2012 7 09 /12 /décembre /2012 21:42

osaka restaurant-japonais dijonCeux qui chercheront un restaurant coréen à Dijon via le moteur de recherche Google tomberont inévitablement sur cette adresse : restaurant japonais coréen SUSHI YUKI. En réalité, il s'agit bien d'un restaurant japonais qui propose également des plats thaïlandais et cantonais... mais pas coréens.

 

Il fut un temps où la diaspora asiatique en France créait des restaurants "chinois", même lorsque leurs propriétaires venaient du Vietnam, du Cambodge ou du Laos. Puis les mêmes restaurants devinrent vietnamiens, cambodgiens ou laotiens. Il y a eu ensuite une mode des restaurants japonais. Est-ce parce que, aujourd'hui - vague de la K-Pop aidant - la culture coréenne est à la mode, que certains restaurants s'affichent (en partie) coréens ?

 

A Dijon, depuis l'incendie ayant mis fin à l'expérience du restaurant coréen rue de Longvic (dont on trouve encore les traces - nombreuses - sur Internet), quelques établissements proposent des plats coréens, ou réputés tels, comme le "New Colonial".

 

Dans son référencement google, le restaurant japonais Osaka (un nom typiquement nippon), installé 13 rue Musette à Dijon, a repris la dénomination "restaurant coréen". Mais les plats ne sont pas coréens : japonais, bien sûr, thaïlandais et cantonais, mais pas coréens. La page d'accueil du site Internet du restaurant, spécialisé dans la vente à emporter, n'affiche d'ailleurs pas de plats coréens. Si certains plats japonais (comme les suchi) ont leur équivalent dans la cuisine coréenne, cela ne suffit pas à en faire des spécialités coréennes.

 

Si une agglomération comme Dijon atteint une taille suffisante pour qu'un restaurant coréen puisse atteindre un niveau miminum de rentabilité, il faudra donc encore attendre pour voir cette perspective devenir réalité dans l'ancienne capitale des ducs de Bourgogne, qui ambitionne aujourd'hui de devenir une capitale de la gastronomie (française).

 

Voir le site du restaurant Osaka, à Dijon.

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Cuisine coréenne
commenter cet article

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Comité Bourgogne-Franche-Comté
  • Contact

Traduction automatique

French to Albanian  French to Arabic  French to Bulgarian  French to Chinese (Simplified)  French to Croatian  French to Czech  French to Danish

French to Dutch  French to English  French to Estonian  French to Finnish  French to German  French to Greek  French to Hebrew

French to Hindi  French to Hungarian  French to Indonesian  French to Italian  French to Japanese   French to Latvian  French to Lithuanian

French to Norwegian  French to Polish  French to Portuguese  French to Romanian  French to Russian  French to Serbian  French to Slovak

French to Slovene  French to Spanish  French to Swedish  French to Thai  French to Turkish  French to Ukrainian  French to Vietnamese

Attention !
Une traduction automatique
peut contenir des erreurs...

Recherche

Visiteurs

outils webmaster
Locations of visitors to this page