Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2010 7 04 /04 /avril /2010 16:42

Fin 2009, une descente de la police environnementale dans une ferme de la province de Quang Ninh, au Nord-Est du Vietnam, a mis à jour l'implication croissante de touristes, sinon d'affairistes, sud-coréens dans le trafic international de bile d'ours. Si l'efficacité médicale des dérivés de bile d'ours, prescrits par la médecine chinoise traditionnelle, est loin d'être prouvée, en revanche les effets sur la population des ours noirs d'Asie, dits ours à collier, sont, eux, avérés. Les mutilations subies menacent gravement une espèce protégée.

 

bile_ours02.jpgFin 2009, dans la province vietnamienne de Quang Ninh, au Nord-Est du pays. La police environnementale fait dans une descente dans une "ferme" à Viet Thai, l'une des six de la province spécialisée dans la production de bile d'ours. Neuf personnes sont arrêtées en flagrant délit. Parmi elles, deux Sud-Coréens.

 

La médecine chinoise traditionnelle recommande l'utilisation de produits issus de la bile d'ursidés même si les preuves scientifiques de son efficacité manquent. Celle-ci est également utilisée pour ses effets prétendument aphrodisiaques. Pis, selon des études menées par l'ONG Animals Asia Foundation fondée par Jill Robinson qui a créé des réserves pour protéger les ours à collier ainsi menacés, la bile est contaminée par du pus, des bactéries, des toxines et des agents cancérigènes.

 

De fait, les croyances traditionnelles sont une aubaine pour certains tours opérateurs, alors que la Corée du Sud reste l'un des deux derniers pays d'Asie à toujours autoriser la vente de produits dérivés de la bile d'ours : selon une enquête menée par l'ONG vietnamienne Education pour le Vietnam (Education for Vietnam) entre avril et août 2008, en dix jours ce sont plus de 1.500 touristes sud-coréens qui se rendraient dans les exploitations ursicoles. Dix centimètres cubes de bile se vendent 500.000 won (soit 320 euros) à Viet Thai où, avant la descente de police en fin d'année 2009, la ferme recevait jusqu'à 40 groupes de touriste étrangers par jour, pour une vente quotidienne de 20 à 30 centimètres cubes de bile d'ours.  

 

La méthode d'extraction consiste à introduire un cathéter permanent dans la vésicule biliaire des ours capturés, en pompant le liquide deux fois par jour. Des milliers d'ours à collier ont été capturés et mutilés, dans des conditions ainsi décrites par la Fondation Trente Millions d'Amis, à l'origine d'une pétition en Chine :

 

"Attachés par un collier métallique, ces ours sont bloqués jour et nuit en position allongée dans des cages exiguës dans lesquelles ils ne peuvent même pas se retourner. Les blessures à la tête, aux pattes et au dos, dues au frottement répété des animaux contre les barreaux des cages sont visibles sur la plupart d'entre eux.

"Entre 10 et 20 ml de bile est extrait de chaque ours, deux fois par jour. Leur flan est traversé par une sonde pour prélever leur bile, entraînant d'atroces souffrances. La plupart du temps, pendant l'extraction de bile, les animaux gémissent et frappent leur tête contre les barreaux et quelques ours vont même jusqu'à mâcher leurs propres pattes".

 

Toujours selon l'ONG Animals Asia Foundation, suite aux mutilations qu'ils ont subis, 95 % des ours noirs recueillis dans leurs refuges sont décédés des suites d'un cancer du foie lié à une affection de la vésicule biliaire.

 

Face à l'ampleur de la catastrophe, le député vietnamien Nguyen Dinh Xuan a écrit au ministère de l'Environnement sud-coréen pour que, tout d'abord, les autorités sud-coréennes rappellent que la vente et le transport de biles d'ursidés sont interdites par la loi vietnamienne, en application de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES).

 

L'AAFC-Bourgogne soutient pleinement le combat des associations écologistes au Vietnam et en France. Elle souhaite une application rigoureuse des lois vietnamiennes et des conventions internationales et appelle les autorités sud-coréennes à prendre les mesures d'information nécessaires vis-à-vis de ses ressortissants au Vietnam, ainsi qu'à interdire le commerce de produits dérivés de bile d'ours.

 

Sources :

- "La bile d'ours, un commerce très rentable", in Le Bien Public, dimanche 25 avril 2010. Article reproduit de Courrier international, n° 1001, reprenant d'un extrait d'un article d'Anh Dien paru dans le journal Thanh Nien d' Hô Chi Minh-Ville

- "Des milliers d'ours mutilés pour leur bile", sur le site de la Fondation 30 Millions d'Asie (à l'origine également d'une pétition en ligne)

Partager cet article

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Coréens d'outre-mer : autres articles
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Comité Bourgogne-Franche-Comté
  • Contact

Traduction automatique

French to Albanian  French to Arabic  French to Bulgarian  French to Chinese (Simplified)  French to Croatian  French to Czech  French to Danish

French to Dutch  French to English  French to Estonian  French to Finnish  French to German  French to Greek  French to Hebrew

French to Hindi  French to Hungarian  French to Indonesian  French to Italian  French to Japanese   French to Latvian  French to Lithuanian

French to Norwegian  French to Polish  French to Portuguese  French to Romanian  French to Russian  French to Serbian  French to Slovak

French to Slovene  French to Spanish  French to Swedish  French to Thai  French to Turkish  French to Ukrainian  French to Vietnamese

Attention !
Une traduction automatique
peut contenir des erreurs...

Recherche

Visiteurs

outils webmaster
Locations of visitors to this page