Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 décembre 2009 2 15 /12 /décembre /2009 21:43

"Le Japon doit aux Coréens de Sakhaline deux cents millions de dollars" : cette déclaration de Kim Bok-kon (Victor Ivanovitch), président de la Fondation coréenne de Sakhaline « Pour la restauration de la justice » traduit a minima la dette japonaise (exprimée en dollars actuels) aux travailleurs coréens de Sakhaline, au titre des économies accumulées par ces derniers et dont ils ont été spoliés après la défaite japonaise et la libération de la Corée en 1945. Dans l'entretien ci-après accordé à Michael Bazhenin, Kim Bok-kon revient sur cet épisode encore trop méconnu de l'histoire des Coréens de Sakhaline.

 


 De 1905 à 1945, le sud de Sakhaline était sous domination japonaise, appelé préfecture de Karafuto. Au cours de cette période, la main-d'œuvre bon marché était constituée des ressortissants coréens au Japon, importés principalement de la province du Gyeongsang du Nord, qui se trouve maintenant sur le territoire de la République de Corée. Selon diverses sources japonaises, le nombre de Coréens mobilisés pour la main-d'œuvre est de 16 000 durant la période 1939-1944.
De 1944 à 1945 les données ne sont pas disponibles, car les Coréens ont été saisis dans les rues de leurs villes natales par la force et ils ont été déportés à Sakhaline. Selon le chercheur américain John Stephen, la population de Sakhaline comptait alors environ 150 000 Coréens. Ils ont travaillé dans les mines de charbon, à la construction d'aérodromes et de voies ferrées, et aussi comme bûcherons. Environ 60-70% du salaire coréen était investi par les employeurs japonais, dans les banques japonaises pour le developpement du Japon, la prospérité de l'entreprise, etc. Et seulement 30-40% du salaire allait à l'alimentation, l'habillement et les accessoires. C'est ainsi qu'une banque japonaise de la ville Toehara (Ioujno-Sakhalinsk) a constitué un fond considérable, réalisé par les coréens.

 

MB: Victor Mikhailovich, pourquoi les Coréens de Sakhaline n'ont pas été en mesure d'obtenir à ce jour l'argent durement gagné?

Kim Bok-kon: Quand la seconde guerre mondiale fut finie, la population japonaise de la préfecture de Karafuto, environ 400 000 personnes, a été rapatriée sur l'île de Hokkaido. La population japonaise d'origine coréenne, environ 25 000 personnes, a été laissée à Sakhaline. La banque, dans laquelle reposaient les économies coréennes, s'installa au Japon, les Coréens ne pouvaient plus récuperer leur argent. Le montant de la dette japonaise envers les Coréens de Sakhaline s'élève aujourd'hui à plus de 200 millions de dollars. Lors d'une réunion du Parlement japonais, il a été annoncé qu'un dépôt d'un montant total de 1 million 600 mille dollars (186 millions de yens) dans une banque japonaise touche environ 590 000 comptes courants de particuliers.

En 1988, les Taïwanais ayant travaillé au Japon, et qui étaient dans la même situation que les Coréens de Sakhaline, ont été payés en tenant compte d'un facteur d'inflation 120. Par conséquent, je crois que les Coréens de Sakhaline doivent aussi recevoir l'argent, en tenant compte d'un facteur d'inflation d'au moins 120.

 

MB: Qui d'autre que vous s'occupe de ce problème?

KBK: Le 25 septembre 2005, à la Cour du district de Tokyo, a été déposée une revendication de 11 Coréens de Sakhaline pour l'obtension du paiement. Cette déclaration était soutenue par neuf avocats japonais, menés pas Takaki Keniti. Le but de cet essai était le paiement des dettes aux Coréens de Sakhaline.

Le premier procès a duré 14 ans (de 1975 à 1989) à la demande des Coréens de Sakhaline pour « le rapatriement ». Le deuxième procès a duré de 1990 à 1995, 21 personnes exigeaient une indemnité d'un montant de 10 millions de yens chacun. En 1995, le gouvernement japonais a promis d'aider à la réparation des dommages causés aux Coréens de Sakhaline, en l'incluant dans le projet pour le 50ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre Mondiale. En conséquence, la délégation des Coréens de Sakhaline a arrêté ses poursuites et le procès s'est fini.

 

MB: Un centre culturel coréen a été construit à Ioujno-Sakhalinsk grâce à l'argent japonais. S'agit-il d'une compensation pour la rétention de l'argent des Coréens de Sakhaline ou bien est-ce une aide humanitaire?

KBK: En 1998, le ministère des Affaires étrangères japonais a alloué 5 millions de dollars pour construire un centre culturel à Sakhaline, comme une aide humanitaire aux Coréens de Sakhaline, sur la base du « Projet pour les plus de 50 ans ». Avec le soutien financier japonais à la République de Corée, plus de trois milles personnes âgées de Sakhaline ont pu retourner en Corée. Le budget du Japon a été affecté à hauteur de 32 millions de dollars pour la construction de leurs logements dans la ville d'Inchon (1999) et des logements des immigrés dans la ville d'Ansane (2000). Le Japon accorde également une visite des Coréens de Sakhaline en Corée du Sud pour rencontrer leurs familles.

 

MB: Allez-vous continuer d'exiger le paiement de l'argent coréen que la Japon a gardé en banque?

KBK: La totalité du coût japonais dédié aux Coréens de Sakhaline a été l'aide humanitaire. Mais elle ne peut pas compenser entièrement les dettes des Coréens de Sakhaline. Par conséquent, le « Fond pour le rétablissement de la justice », sur la base de documents historiques, des lois internationales, veut prouver que le Japon est légalement résponsable des dommages subis par les Coréens de Sakhaline. Nous allons continuer de réclamer ces dommages dans leur intégralité.

 

Source : all-korea.ru

Traduit du russe par l'AAFC

Partager cet article

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Coréens d'outre-mer : autres articles
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Comité Bourgogne-Franche-Comté
  • Contact

Traduction automatique

French to Albanian  French to Arabic  French to Bulgarian  French to Chinese (Simplified)  French to Croatian  French to Czech  French to Danish

French to Dutch  French to English  French to Estonian  French to Finnish  French to German  French to Greek  French to Hebrew

French to Hindi  French to Hungarian  French to Indonesian  French to Italian  French to Japanese   French to Latvian  French to Lithuanian

French to Norwegian  French to Polish  French to Portuguese  French to Romanian  French to Russian  French to Serbian  French to Slovak

French to Slovene  French to Spanish  French to Swedish  French to Thai  French to Turkish  French to Ukrainian  French to Vietnamese

Attention !
Une traduction automatique
peut contenir des erreurs...

Recherche

Visiteurs

outils webmaster
Locations of visitors to this page