Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 12:44

L'un des deux cinémas dijonnais d'art et d'essai, avec le Devosge, l'Eldorado est celui qui a présenté, ces dernières années, le plus grand nombre de longs métrages sud-coréens. Si peu de nouveaux films du pays du Matin calme ont été proposés récemment sur ses écrans, l'Eldorado a toutefois accordé une large place à la cinématographie coréenne depuis plusieurs années. L'AAFC-Bourgogne revient sur les choix de programmation de l'Eldorado depuis l'automne 2009.

 

ha ha ha hong sang sooObservateur averti, au regard intransigeant sur la société sud-coréenne actuelle, Hong Sang-soo a été le cinéaste coréen  mis le plus à l'honneur par L'Eldorado : outre "Ha Ha Ha", primé au festival de Cannes, le cinéma dijonnais d'art et d'essai avait déjà proposé, en 2010, un autre film du même réalisateur : "Les femmes de mes amis".

 

 

Parmi les autres titres retenus dans la sélection de L'Eldorado depuis deux ans, "The Housemaid", de Im Sang-soo, était sur les écrans à l'automne 2010, et "Poetry", de Lee Chang-dong, a pu être vu pendant l'été 2010. Le drame "Mother", de Bong Joon-ho, est sorti en France en janvier 2010, et a été presque aussitôt inscrit dans la programmation du cinéma dijonnais d'art et d'essai qui retient des styles très différents, entre drame et comédie, sans compter l'inclassable film de vampires "Thirst, ceci est mon sang" de Park Chan-wook.

 

 

Au final, comme l'ont observé les responsables de l'Eldorado lors d'échanges avec les responsables de l'AAFC-Bourgogne à l'occasion d'une projection en avant-première de "Breathless", premier long-métrage de l'acteur Yang Ik-june, en avril 2010, le cinéma sud-coréen est probablement l'un des plus riches aujourd'hui dans le monde, et les responsables du cinéma proposent une gamme assez large - en termes d'auteurs et de genres - qui  offre un bon aperçu  de la diversité de la production cinématographique d'art et d'essai de la République de Corée. Il convient en effet d'observer que d'autres films, souvent à l'eau-de-rose, ne dépassent généralement pas les frontières du pays, tout en permettant de réaliser des chiffres d'affaires confortables pour l'industrie du cinéma. Mais le nombre d'entrées dans une ville comme Dijon reste modeste - au mieux, quelques centaines - ce qui signifie que les titres ne peuvent pas rester très longtemps à l'affiche, au risque de fragiliser l'équilibre économique toujours précaire du plus ancien cinéma dijonnais d'art et d'essai. Avis à tous les amateurs bourguignons de cinéma coréen : si vous voulez continuer à voir des films coréens sur grand écran, ne manquez pas ceux qui passent à l'Eldorado, et faites-les connaître autour de vous !

Partager cet article

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Comité Bourgogne-Franche-Comté
  • Contact

Traduction automatique

French to Albanian  French to Arabic  French to Bulgarian  French to Chinese (Simplified)  French to Croatian  French to Czech  French to Danish

French to Dutch  French to English  French to Estonian  French to Finnish  French to German  French to Greek  French to Hebrew

French to Hindi  French to Hungarian  French to Indonesian  French to Italian  French to Japanese   French to Latvian  French to Lithuanian

French to Norwegian  French to Polish  French to Portuguese  French to Romanian  French to Russian  French to Serbian  French to Slovak

French to Slovene  French to Spanish  French to Swedish  French to Thai  French to Turkish  French to Ukrainian  French to Vietnamese

Attention !
Une traduction automatique
peut contenir des erreurs...

Recherche

Visiteurs

outils webmaster
Locations of visitors to this page