Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2008 7 08 /06 /juin /2008 20:32

Dans le cadre de sa spécialisation dans la connaissance des Coréens d'outre-mer, le comité régional de l'AAFC en Bourgogne s'est intéressé à la plus minorité coréenne la plus nombreuse en dehors de la péninsule : les deux millions de Choseonjok forment l'une des 55 minorités nationales de la Chine.

Au sein de la diaspora coréenne, les deux millions de Coréens vivant en Chine (en chinois : 朝鮮族 chaoxianzu, en coréen : 조선족 choseonjok) constituent la communauté numériquement la plus importante.

Une présence en Chine depuis plus d'un siècle

Si une partie du nord-est de la Chine était un territoire coréen à l'époque du royaume du Koguryo (tombé en 668, voir ci-joint la carte de la Corée à l'époque des Trois Royaumes, du Ier siècle avant J.C. au VIIème siècle après J.C.), les populations qui vivaient sur ce territoire ont été depuis sinisées. L'actuelle communauté coréenne chinoise, vivant au-delà du fleuve Amnok (Yalu en chinois), s'est installée à partir du XIXème siècle :

- la famine de 1869 a entraîné, en Chine comme en Russie, une première vague de migration dont l'installation a finalement été acceptée par le gouvernement chinois, malgré le statut sacré des terres ainsi occupées dans la province de Jilin ; en 1907, 50.000 Coréens habitaient déjà la région de Yonbyon, au sud-est de la province de Jilin ;

- la colonisation japonaise de la Corée (1910-1945) a conduit de nombreux Coréens à se réfugier en Chine, où il ont constitué la base arrière des mouvements indépedantistes coréens tout en s'illustrant plus encore que les Chinois dans le mouvement communiste au Mandchoukouo, dans la lutte contre l'envahisseur japonais ;

- à nouveau engagés aux côtés des communistes dans les combats contre le Guomintang, après la capitulation japonaise,  les combattants coréens s'illustrèrent particulièrement dans la bataille de Changchun, en 1946 ; 70.000 Coréens étaient enrôlés au sein de la Quatrième Armée populaire.

L'établissement de la République populaire de Chine permit aux Coréens, pour la première fois, de devenir propriétaires des terres qu'ils cultivaient.

Les Coréens de Chine s'engagèrent activement dans l'armée des volontaires chinois qui combattit, aux côtés des Nord-Coréens, durant la guerre de Corée (1950-1953), pendant que les civils firent des collectes pour approvisionner en matériel de guerre leurs compatriotes nord-coréens - jusqu'à permettre l'achat d'un avion.

La solidarité entre Coréens de Chine et Coréens de Corée du Nord joua à nouveau pendant les difficultés alimentaires que connurent l'un et l'autre pays : de nombreux choseonjok furent accueillis en République populaire démocratique de Corée (RPDC, Corée du Nord) pendant le Grand bond en avant, tandis que beaucoup de Nord-Coréens se replièrent en Chine lors de la dure marche, en Corée du Nord, au cours de la seconde moitié des années 1990. Dans les deux cas, la plupart des migrants revinrent dans leur pays d'origine après l'amélioration de la situation économique.

Arrêté et déporté au cours de la Révolution culturelle, le leader des Coréens de Chine, Ju Deok-hae, est une figure éminente et respectée de la diaspora coréenne en Chine.

Deux millions de chosonjeok

Selon les statistiques du gouvernement sud-coréen, en 1995, 1.940.398 Coréens vivaient en Chine, dont plus de la moitié dans la province de Jilin (1.182.714, dont 821.479 dans la préfecture de Yeonbyeon), 452.633 dans le Heilong Jiang, 231.462 dans le Liaoning, 22.641 en Mongolie intérieure et 11.848 à Pékin.

Les choseonjok constituent, en nombre, la quatorzième plus importante minorité nationale en Chine, parmi les cinquante-cinq minorités nationales chinoises. La politique des minorités appliquée par Pékin a permis à la minorité nationale coréenne de développer sa langue et sa culture. En particulier, une université en coréen est établie dans la préfecture de Yeonbyeon.

Le niveau de vie et d'éducation des Coréens de Chine est supérieur à la moyenne de la Chine.


Yeonbyeon (en chinois Yanbian), dont la capitale est Yongil (en chinois, Yanji), a le statut de préfecture autonome depuis 1952 (préfecture autonome coréenne de Yeonbyeon : en chinois 延边朝鲜族自治州, en coréen 연변조선족자치주), dans le contexte de la guerre de Corée, en récompense notamment de la bravoure des combattants coréens chinois depuis les combats contre le Japon. C'est la seule région coréenne autonome en dehors de la péninsule coréenne. Une étude de 1997 a montré que les Coréens formaient 40 % de la population de la préfecture ( 57 % de Chinois).

La minorité coréenne de Chine compte également un comté autonome (Changbak) et 42 villages autonomes, situés dans les provinces de Heilong Jiang (29), Jilin (7), Liaoning (3) et de Mongolie intérieure (3). Chaque village autonome compte une école, signe de l'importance accordée par tous les Coréens, du Nord, du Sud comme de la diaspora, au système éducatif.

Références bibliographiques :
- Lee Kwang-kyu, Overseas Koreans, Jimoondang Publishing Company, Séoul, 2000, collection Korean Studies, n° 19. ISBN 89-88095-18-9.
- Bernard Olivier, "Les fluctuations de l'identité des Coréens de Chine", in Yim Seong-sook (sous la direction de), La Corée. Le peuple et ses valeurs culturelles d'hier à aujourd'hui, presses de l'université de Montréal, 2000, pp. 125-138.


Autres articles sur les Coréens de Chine :
- Cho Nam-gi, une figure politique et militaire des Coréens en Chine
-
Ju Deok-hae, une figure éminente des Coréens de Chine
- Les délégués d'origine coréenne au 17ème Congrès du PC chinois

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Comité Bourgogne-Franche-Comté
  • Contact

Traduction automatique

French to Albanian  French to Arabic  French to Bulgarian  French to Chinese (Simplified)  French to Croatian  French to Czech  French to Danish

French to Dutch  French to English  French to Estonian  French to Finnish  French to German  French to Greek  French to Hebrew

French to Hindi  French to Hungarian  French to Indonesian  French to Italian  French to Japanese   French to Latvian  French to Lithuanian

French to Norwegian  French to Polish  French to Portuguese  French to Romanian  French to Russian  French to Serbian  French to Slovak

French to Slovene  French to Spanish  French to Swedish  French to Thai  French to Turkish  French to Ukrainian  French to Vietnamese

Attention !
Une traduction automatique
peut contenir des erreurs...

Recherche

Visiteurs

outils webmaster
Locations of visitors to this page