Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 septembre 2016 7 18 /09 /septembre /2016 18:33

Le 3 septembre 2016, un article de Oleg Kyrianov publié dans Russkaîa Gazetta (sous le titre, en français : "En Chine des escrocs préparent de faux transfuges nord-coréens") a mis en lumière le cas des faux réfugiés nord-coréens, Coréens de Chine se faisant passer pour des Nord-Coréens afin d'obtenir l'asile politique en Occident. Cet article met en lumière avec intérêt une exploitation du statut de demandeur d'asile par d'habiles escrocs. Il convient cependant de relativiser l'ampleur du phénomène, l'article comportant par ailleurs des inexactitudes sur la situation réelle des demandeurs d'asile en Occident qui ne touchent pas d'importantes allocations (en France, l'allocation de demandeur d'asile est inférieure au RSA...) et n'obtiennent pas davantage la nationalité du pays de résidence (en France : une carte de résident de dix ans en cas d'issue favorable de procédures durant des années). Ces révélations ont manifestement pour principale source le quotidien sud-coréen d'extrême-droite Chosun Ilbo, farouchement anticommuniste et antichinois : en cherchant à disqualifier l'ensemble des demandeurs d'asile nord-coréens en Occident comme de possibles faux réfugiés chinois, le Chosun Ilbo fait, une fois de plus, le jeu des services de renseignement sud-coréens (NIS), en incitant a contrario les Nord-Coréens à demander exclusivement l'asile politique en Corée du Sud sous le prétexte que les officiers d'immigration sud-coréens reconnaissent mieux les vrais Nord-Coréens - car une fois en Corée du Sud ils pourront être pleinement manipulés par le NIS pour mener des campagnes de diffamation contre la Corée du Nord, ou encore servir de briseurs de grève pour des salaires misérables, alors qu'en Occident ils ne se prêtent que rarement à la politique anti-RPDC des autorités conservatrices sud-coréennes.

Les importantes allocations financières que sont prêts à payer les gouvernements des pays occidentaux aux réfugiés de Corée du Nord ont attiré l'attention des filous en Chine.

Comme l’a communiqué le journal sud-coréen Chosun Ilbo, à Pékin sont apparues des "académies" spéciales, où l’on apprend aux Coréens vivant en Chine comment se faire passer pour "des transfuges de la Corée du Nord répressive" et ainsi recevoir le statut de réfugié, les allocations afférentes et une nationalité à l'Ouest.

Des experts ont confirmé au journal russe Russkaïa Gazetta que le problème des transfuges fictifs existe effectivement et a acquis des proportions importantes.

Comme l’a indiqué le Chosun Ilbo en se référant à ses sources à Pékin, dans le quartier où vit un nombre important de membres de la minorité coréenne ont été créés des "cours spéciaux" où on leur promet de les transformer en "réfugiés" de la République populaire démocratique de Corée. Les principaux clients sont naturellement des Coréens chinois, qui sont donc des citoyens chinois mais qui parlent couramment coréen avec un accent proche de celui des régions du nord de la RPDC. Dans ces "établissements d'enseignement" on aide les clients à inventer des histoires sur "leur vie et leur évasion" de la Corée du Nord, et on leur fournit même des documents confirmant les histoires inventées. Vivant dans le nord-est de la Chine les Chinois d'ethnie coréenne ont généralement le coréen comme langue maternelle, et leur dialecte est semblable à celui utilisé dans certaines régions de la RPDC. En outre ils connaissent bien qui se passe "au-delà de la frontière", ce qui leur permet de se faire passer pour des transfuges.

"Ce problème existe réellement. Auparavant on n'entendait pas parler de ces « académies spéciales », mais le fait que souvent des citoyens de la République populaire de Chine se fassent passer pour des transfuges est une vérité. Ce phénomène est particulièrement répandu dans les pays tiers, où les allocations pour les transfuges sont les plus élevées, et où le faible niveau de préparation des officiers des services d’immigration concernant la RPDC favorise la tricherie. Autant que je sache, selon les estimations de certaines organisations sociales, près de la moitié "des transfuges de la RPDC" à qui l'Australie a accordé le statut de réfugié sont en fait des membres de la minorité coréenne de Chine", a expliqué un expert occidental à Russkaïa Gazetta.

Ce dernier a ajouté que même les services secrets sud-coréens, qui beaucoup mieux que d’autres peuvent identifier les vrais Nord-Coréens, se trompent : "Au dire d'un des collaborateurs du contre-espionnage sud-coréen, ils admettent que 1 à 2 % des transfuges parvenus en Corée du Sud ne sont pas Nord-Coréens. Si tu vis dans un village chinois séparé par la rivière du village nord-coréen naturellement tu connais bien les détails de la vie des voisins, ce dont se servent certains filous".

Le problème est non seulement qu'à ce titre des Chinois ordinaires recherchant des allocations obtiennent le statut de réfugié, mais aussi que cela rend suspect les vrais fugitifs de la RPDC. "Souvent les personnes originaires de la République populaire démocratique de Corée s’enfuient sans avoir aucun document. En revanche ceux qui sortent des « cours spéciaux » en Chine, où les « professeurs » les ont approvisionnés en documents confirmant leur récit en possèdent. Il se trouve qu'au final on croit ces derniers, tandis que les vrais fugitifs doivent attendre longtemps la décision finale sur leur sort et sont constamment soupçonnés", a remarqué l’un des correspondants des médias sud-coréens, spécialiste des questions liées à la République populaire démocratique de Corée.

Traduction du russe : YB

Partager cet article

Repost 0
Published by AAFC - Comité Bourgogne - dans Coréens d'outre-mer : autres articles
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Association d'amitié franco-coréenne
  • Association d'amitié franco-coréenne
  • : Comité Bourgogne-Franche-Comté
  • Contact

Traduction automatique

French to Albanian  French to Arabic  French to Bulgarian  French to Chinese (Simplified)  French to Croatian  French to Czech  French to Danish

French to Dutch  French to English  French to Estonian  French to Finnish  French to German  French to Greek  French to Hebrew

French to Hindi  French to Hungarian  French to Indonesian  French to Italian  French to Japanese   French to Latvian  French to Lithuanian

French to Norwegian  French to Polish  French to Portuguese  French to Romanian  French to Russian  French to Serbian  French to Slovak

French to Slovene  French to Spanish  French to Swedish  French to Thai  French to Turkish  French to Ukrainian  French to Vietnamese

Attention !
Une traduction automatique
peut contenir des erreurs...

Recherche

Visiteurs

outils webmaster
Locations of visitors to this page